Tchad: trois ex-ministres inculpés de corruption et incarcérés

Publié le par Waldar

 Trois anciens membres du gouvernement tchadien, dont l'Assemblée nationale a voté la mise en accusation la semaine dernière, ont été inculpés de corruption et écroués mardi, a annoncé à l'AFP une source judiciaire tchadienne.

Les trois anciens hauts responsables "ont été inculpés par la chambre d'instruction de la Haute Cour de Justice et placés sous mandat de dépôt. Ils ont été conduits (mardi) en fin d'après-midi" à la prison civile de N'Djamena, a expliqué cette source sous couvert d'anonymat.

Il s'agit d'Abderamane Koko, ex-ministre de l'Education nationale, Limane Mahamat, ex-secrétaire général du gouvernement, et Oumar Boukar Gana, ex-secrétaire d'Etat aux Finances chargé du Budget.

Ils sont mis en examen pour corruption. Tous ont été suspendus de leurs fonctions le 28 janvier, après le vote de leur mise en accusation par l'Assemblée nationale saisie par la Cour suprême.

Ce vote est contesté par leur avocat, Me Magloire Bahdje.

Selon Me Bahdje, leur mise en accusation devait être approuvé par deux tiers du nombre total de députés de l'Assemblée nationale (155 élus) et non sur ce quota du nombre de votants. Pour être constitutionnel, chaque vote devait donc obtenir 103 voix en faveur de la mise en accusation, avait-il expliqué.

Le renvoi devant la Justice des trois ex-ministres a été décidé à 92 voix pour Abderamane Koko sur 116 votants. Il a été accepté par 101 des 115 votants pour Limane Mahamat et par 99 des 114 votants pour Oumar Boukar Gana.

En plus de ces trois responsables, la Cour suprême demandait également la mise en accusation de trois autres membres du gouvernement: Gata Ngoulou (Finances), Dr Ngombaye Djaïbé (Santé publique) et Mme Khadidja Hassaballah (Secrétaire d'Etat à l'Alphabétisation). L'Assemblée a rejeté cette requête.

Toutes ces personnalités et un député du parti au pouvoir - dont l'immunité a été levée le 19 janvier - sont soupçonnés d'être impliqués dans des malversations dans l'attribution d'un marché public pour l'achat de manuels scolaires pour l'année 2009.

Deux hauts responsables à la présidence ont été inculpés et étaient incarcérés à N'Djamena dans le cadre de cette affaire, révélée en octobre.

Ces dernières semaines, les arrestations et mises en cause de personnalités pour corruption et malversations financières se sont multipliées au Tchad.

AFP

Commenter cet article