Réponse africaine au "discours de Nicolas Zarkozy"

Publié le par Hamid K.

 
 

APA-Dakar (Sénégal) Les intellectuels africains et de la disapora, ont répondu jeudi au président français, Nicolas Sarkozy, après ce qu’il est convenu d’appeler « le discours de Dakar » prononcé le 26 juillet dernier à l’Université Cheikh Anta Diop, dans la capitale sénégalaise.

 

 


Les échanges sur le discours de Sarkozy ont été organisés sur les mêmes lieux, à la faveur d’un ouvrage intitulé ’’L’Afrique répond à Sarkozy’’, coordonné par le Sénégalais Makhily Gassama, ancien ministre de la Culture, sous le régime socialiste.

Le chef de l’Etat français a été d’emblée, inscrit par le coordonnateur de l’ouvrage, au registre des personnes qui, par leurs propos ou leurs actes, « émasculent les efforts de développement de l’Afrique ».

Pour les différents co-auteurs qui se sont succédé au podium et en présence de plusieurs centaines d’intellectuels et d’étudiants, la réponse à Sarkozy « s’impose pour marquer une rupture totale » dans la manière dont les autres, « notamment les dirigeants français », voient et traitent l’Afrique.

« Les dirigeants français continuent de penser que les Africains sont de grands enfants », a dénoncé Adama Sow Dieye, professeur assistant à la Faculté des Lettres de l’UCAD, contributeur à l’ouvrage commun et qui a intitulé son texte, ’’Consternation’’.

« Le discours de Sarkozy est une profanation du parrain de l’Université de Dakar (ndlr : Cheikh Anta Diop ) », a martelé Mansour Gueye, qui tient la partie promotion de la publication.

Les participants à l’atelier de partage, sont abondamment revenus sur « les thèmes racistes » dont les tenants « ont toujours tenté de faire des Africains des sous-hommes ». Ils ont ensuite appelé à la « mort de la Françafrique » qualifiée de « réseaux cyniques, qui pillent les richesses de l’Afrique ».

« Les relations entre Etats sont des relations d’intérêt, où chaque chacun se bat pour son peuple », a souligné M Gassama, déplorant que « c’est seulement en Afrique que les nombreuses et immenses richesses ne servent pas aux populations à cause de leurs dirigeants». Les réseaux de la Françafrique « ont pris en otage », les dirigeants africains, a-t-il ajouté.

Au total 23 intellectuels de renom (historiens, économistes, philosophes, écrivains etc) ont participé à la rédaction de l’ouvrage de 479 pages, paru ceux éditions Philippe Rey.

Ils sont venus de Haïti et d’Afrique (Algérie, Burkina Faso, Cameroun, Congo, Guinée, Mauritanie, RDC, Sénégal, Tchad…).

Un vaste programme de promotion du livre est prévu tout au long du mois de mai en France.

Liste des intellectuels qui ont collaboré à la rédaction de ’’L’Afrique répond à Sarkozy’’:

Makhily Gassama, Spécialiste de littérature africaine

Zohra Bouchentouf-Siagh, Socio-linguiste algérienne

Demba Moussa Dembélé, Economiste sénégalais

Mamoussé Diagne, Philosophe sénégalais

Souleymane Bachir Diagne, Philosophe sénégalais

Boubacar Boris Diop, Ecrivain sénégalais

Babacar Diop Buuba, Profeesue de lettres à l’UCAD

Dialo Diop, Médecin et philosophe sénégalais

Koulsy Lamko, Ecrivain tchadien

Gourmo Abdoul Lô,

Louise-Marie Maes Diop, Géographe

Kettly Mars, Romancière haïtienne

Mwatha Musanji Ngalasso, Sociolinguiste congolais (RDC)

Patrice Nganang, Essayiste camerounais

Djibril Tamsir Niane, Ecrivain et historien guinéen

Théophile Obenga, Historien, égyptologue et linguiste congolais

Raharimanana, Ecrivain malgache

Bamba Sakho,

E. H. Ibrahima Sall,

Mahamadou Siribié,

Adama Sow Diéye, Professeur de lettres à l’UCAD

Odile Tobner,

Lye M. Yoka.

Commenter cet article