Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Un enseignant enlevé par l’armée de Deby

Publié le par Hamid Kelley

Un enseignant de l’école primaire Boustan al-arifine d’Abéché avait été enlevé de son domicile en juin 2007 par deux voitures de l’armée tchadienne. Les assaillants se sont introduits au domicile de la victime Mr. Ahmat Maouloud Habib un soir de juin 2007. Ils étaient dirigés par un certain Nassour Mahamadine Ourouga, un chef de la garde rapproché de Deby et l’emportèrent pour une destination inconnue.

Au lendemain du kidnapping, la famille de la victime s’était présentée à la gendarmerie et à la police et avait signalé l’enlèvement tout en donnant le nom de la personne responsable mais la réponse a été la même partout ou ils se rendirent : « C’est un intouchable nous ne pouvons rien faire ». La famille avait même informé le ministre de l’intérieur en personne mais aucune suite et toujours pas de nouvelle du disparu.

Une année après l’enlèvement, toujours pas de nouvelle. Que faire devant un état quasi-inexistant, et un appareil judiciaire actif que pour entériner des décrets de condamnations à mort des opposants au pouvoir de Deby? La famille ne peut que se consoler auprès de Dieu par de longues prières.

De tels kidnapping, qui, malheureusement tardent à atteindre les media, sont innombrables, et ont pris de nouvelles propositions ces derniers temps. Même si l’information arrive au public, les proches de Deby, qui sont souvent les responsables et qui agissent directement sous ses ordres, rien ne change à la donne car les parents de Deby sont intouchables. Les exécutions arbitraires, les arrestations extrajudiciaires, la confiscation des biens, les vols, les tortures et les violes font désormais partie intégrante de la vie quotidienne des tchadiens.

L’état, si état il y a, est le responsable direct de cette injustice cruelle. La Ligue Tchadienne des Droits de l’Homme et autres organisations qui luttent pour la dignité humaine sont dépassées et elles ont pratiquement baissés les bras. La communauté internationale ne s’intéresse plus à la souffrance des tchadiens comme elle prétendait s’y intéresser avant l’arrivée de l’Eufor. Le seul espoir qui reste aux tchadien est un miracle qui fera disparaitre ce régime sans le moindre respect à la vie humaine.

Aujourd’hui plus d’une année après la disparition de Mr. Ahmat Maouloud Habib, les sbires de Deby sont les seuls à savoir où il se trouve, s’il serait mort ou vivant. La famille de Mr. Ahmat Maouloud Habib espère toujours de le revoir comme tant des familles tchadienne qui ont vu disparaitre les leurs. Nous prions les associations régionales de Droit de l’Homme, la communauté internationale, en bref tous ceux qui œuvrent pour la dignité humaine de venir au secours de ces oubliés de ce coin du monde.

Correspondance particulière
Abèche, Tchad

source: Tchadactuel

Commenter cet article