Egypte: les ravisseurs "ont libéré d'eux-mêmes" les otages en Egypte

Publié le par Hamid Kelley

BERLIN (AFP) — Les ravisseurs des onze touristes européens relâchés lundi en Egypte "ont libéré d'eux-mêmes" les otages, a affirmé mardi le secrétaire d'Etat allemand à l'Intérieur August Hanning, ce qu'a confirmé un ex-otage sur un site internet d'information.

"Une partie des ravisseurs avaient (auparavant) été tués ou capturés par les forces de sécurité soudanaises. Les ravisseurs (restants) ont alors libéré d'eux-mêmes les otages", a déclaré M. Hanning à la chaîne de télévision n-tv.

Les forces de sécurité égyptiennes "ne nous ont pas +libérés+, c'est n'importe quoi", a déclaré pour sa part l'ex-otage Bernd L., 65 ans, cité sur le site Spiegel-Online.

Après la mort de six des leurs, les ravisseurs ont relâché d'eux-mêmes les otages "et cela a été une grosse surprise pour nous, parce que nous pensions qu'ils allaient tous nous tuer", a ajouté Bernd L.

Il a qualifié ses ravisseurs de "criminels plutôt gentils", qui ne voulaient qu'une rançon et n'ont pas eu recours à la force contre leurs otages.

De son côté, M. Hanning a confirmé, comme le ministère des Affaires étrangères, que "des forces spéciales (allemandes) étaient parties en Egypte pour aider, si besoin était, à la libération des otages, mais n'ont pas eu à intervenir".

Selon des sources au sein des forces de sécurité allemandes, six ravisseurs ont été tués dimanche à un barrage routier qu'ils tentaient de franchir sans les otages. Deux ravisseurs ont été arrêtés à cette occasion, a-t-on précisé.

Toujours selon ces sources, les ravisseurs étaient issus de "tribus locales" qui "opèrent" aux confins des frontières de l'Egypte, du Soudan, du Tchad et de la Libye.

Les cinq touristes allemands enlevés en Egypte il y a dix jours, âgés de 37 à69 ans, sont rentrés mardi matin à Berlin en bonne santé, selon Berlin.Ils avaient été capturés avec cinq Italiens, une Roumaine et huit accompagnateurs égyptiens lors d'un safari le 19 septembre et retenus pendant dix jours dans le désert.

Selon Le Caire, les otages ont été libérés par un commando égyptien dans un camp au Tchad après des échanges de tirs qui ont tué la moitié des 35 ravisseurs. Mais cette version est démentie par N'Djamena et contestée en Allemagne et en Italie.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article