RFI en pleine tourmente

Publié le par Waldar

Mamane , un humoriste au service de la Françafrique


Zoom:Comme nous l’avions annoncé, RFI, en pleine tourmente, a trouvé sa planche de salut pour retrouver les auditeurs africains qui se sont largement détournés d’elle, en propulsant l’humoriste Nigérien Mamane.

Mamane qui roulait sa bosse en France depuis plusieurs années sans réellement percer, s’est vu pris en main par RFI. Mme Koutchner, Christine Ockrent, parachutée à la direction générale a même trimbalé Mamane à sa conférence de presse de lancement de la « nouvelle grille » de programmes, désormais employé de RFI, il a rejoint la troupe et s’est bel et bien aligné sur la feuille de route de la maison de la France.

Pour les besoins de cet article, nous avons écouté Mamane quotidiennement depuis sa prise de fonction. Il a choisi d’investir un terrain glissant à savoir celui de la politique en Afrique. L’humoriste a choisi de camper son décor dans un pays imaginaire le Gondwana qui est en quelque sorte une Afrique noire en miniature, et qui donc rassemble toutes les tares des pays africains, son président répond lui aussi à la parodie classique des «roitelets nègres» véhiculés par le système médiatique occidental, idiot, bête, excessif en tout. L’objectif étant au-delà de contribuer quotidiennement à véhiculer les caricatures grossières en les généralisant à tout un continent, de perpétuer la même image d’une Afrique dirigée par des potentats loufoques, toujours en retard économiquement. Quand la radio «mondiale» a pris la précaution de faire débiter ce message par un africain, ce n’est que du bonheur pour elle en tout cas, pour Mamane, c’est une autre histoire.

Quelques exemples : au moment de l’inculpation du président soudanais, alors que l’UA, et au delà l’opinion africaine avait estimé que la CPI n’était pas crédible et était sélective dans le choix de ces cibles, Mamane a lui estimé que les chefs d’Etat africains se sont précipités pour rayer de leur répertoire téléphonique le nom d’El Bechir, c’est ce que l’on appelle se brancher sur le tempo RFI comme le prévoit certainement son contrat.

Où a t on vu en Afrique des Secrétaires d’Etat chargé de la promotion de la patate douce, si c’est une façon de tourner en dérision des postes gouvernementaux qui sont totalement inutiles ,autant citer le cas. Dans quel pays d’Afrique ,les populations n’ont pas vu le chef d’état depuis 1960 ?

Quand le pape Benoit XVI a fait sa sortie sur le préservatif, là encore ce sont les pouvoirs africains qui trinquent car Mamane a cru bon y faire allusion en parlant d’un décret pris par le fameux président qui interdit aux populations d’utiliser la moustiquaire contre le paludisme, car désormais la moustiquaire aggrave le palus. Ou encore la colère noire du président parce que Sarkozy n’est pas venu lui rendre visite. La niche RFI fonctionne comme une bulle, ils sont manifestement en retard d’une fréquence par rapport aux réalités africaines.

Etant donné que le vendredi Mamane change de thème, après avoir aboyé le reste de la semaine contre les africains, on pouvait s’attendre que notre artiste qui a éprouvé le besoin de rappeler qu’il est un homme engagé, libre, qu’il se tourne vers le pouvoir français en vertu des liens avec l’Afrique, car mon dieu, il en a des choses à dire sur la présidence Sarkozy, la présidence bling bling, les montres Rolex dont parle malicieusement Ségolène Royal, les conneries débitées sur l’Afrique, l’arche de zoé, les nominations des patrons de chaine, le placement des copains.

Mamane a récemment balancé des imbécilités sur les premières dames africaines, elles aussi stigmatisées et caricaturées, oserait- il nous parler de Cécilia qui n’a même pas voté pour son mari, des sms, des procès engagés par Sarkozy contre un citoyen français qui a brandi une pancarte avec une inscription «casses-toi pauvre con», le monsieur a été condamné a payer à Sarkozy 30 euros ! Il a refusé et s’est pourvu en cassation.

Mamane pourra t-il l’ouvrir sur Carla Sarkozy qui a vu toute la cellule de com de la présidence française se mobiliser pour faire la promo de son CD, pire des instituts ont été payées pour truquer les résultats des ventes et nous faire croire que le bide était un succès. Que sur son intervention Sarkozy est revenu sur l’affaire de l’extradition de l’ancien membre des brigades rouges. Que de ressemblances avec le Gondwanna de Mamane !

Mais hélas, le vendredi, Mamane rentre dans sa niche, RFI et nous déroule les contes et légendes de la maison. Un constat, l’humoriste Nigérien qui n’a jamais affronté le public africain, a choisi de commencer par la tutelle des centres culturels français, prouvant ainsi que son discours est destiné à une cible bien déterminée et qu’il n’est pas dit que hors de ce champ cadré, les africains se déplacent pour l’écouter.

Un dernier mot, s’il est vrai que lors de certaines de ces parutions en public, il a timidement parlé de l’immigration choisie, il n’en demeure pas moins que son contrat sur RFI reste parfaitement encadré, beaucoup d’artistes ont de tout temps monnayé leur talent, Mamane, un cas parmi d’autres ?

Concernant son pays, le Niger, Mamane a un jour balancé «au Niger, mon pays, il n’y a rien, rien du tout, pas même un dictateur !». Qui est fou ? Voila comment on peut, mine de rien, améliorer l’image de son pays. Mamane a passé sous silence Baré Maïnassara, et son fameux «la recréation est terminée», Maïnassara qui a enlevé des réfugiés Tchadiens dans les camps de réfugiés sous protection du HCR, pour les livrer à Deby, de même notre humoriste a oublié que c’est l’armée nigérienne qui s’est inspirée la première de l’attentat de 1994 contre Habyarimana, pour organiser l’assassinat de Maïnassara qui a eu la tête tranchée par une rafale de 14.5, donc les militaires de la Guinée Bissau, que Mamane a descendu en flèche, n’étaient pas les premiers.

La direction de RFI a entamé avec Mamane en bandoulière une tournée au Sénégal et en Cote d’Ivoire, pour soi-disant faire la promo de la radio, dans le même temps, la crise continue, 206 licenciements sont annoncés et la DG Mme K... a déjà reçu une volée de bois vert de la part des syndicalistes qui se sont dits scandalisés par le montant de son salaire et menace de le rendre public. La reine Catherine comme l’appelle ironiquement les médias français, a concédé ne pas bien connaitre l’Afrique (son mari Kouchner ne pourrait pas en dire autant), parions que Mamane sera une fausse bonne affaire pour RFI, continuer à zapper.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

r-tine 18/11/2009 17:29


Pas sûr d'avoir compris cette note incendiaire... Mamane comme pion de RFI ?... Intéressant comme idée.
Je ne me souviens pas l'avoir entendu dire du bien des dirigeants nigériens, au contraire.
Je me rappelle qu'il critique souvent ce qui se passe en France (c'est le pays mbenguiste je crois bien... si vous n'avez pas entendu cette référence... je crois bien que nous n'avons pas entendu
les mêmes chroniques).
Je ne crois pas que les dirigeants africains en moyenne soient fort recommandables. Il est vrai qu'on peut faire pire. Enfin, ce n'est pas si facile non plus... en gros à part la Corée du
Nord...

Je ne suis pas un mauvais bougre : si vous me donnez un autre humoriste capable de parler (entre autres mais de manière non négligeable quand même) de l'Afrique, je suis preneur.